Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 21:38

Charlie Bregman et Zorro ne feraient-ils donc qu'un ?

Lorsque j'ai commencé à écrire, j'avais 13 ans. Je cachais mes nouvelles en cours sous le bureau dès que j'entendais arriver ma mère.

A 15 ans, j'ai tenu quelques notes, que l'on pourrait de qualifier de journal intime mais il ne faut pas le dire trop fort, parce que ça fait quand même vachement féminin, ça, de tenir un journal intime. D'ailleurs, corrigeons cela sans plus attendre : ce n'était pas un journal intime ; c'était un journal de bord ! Un journal de capitaine, en quelque sorte, et puis surtout un collecteur d'idées pour les Impatiences amoureuses.

Je le planquais aussi, celui-ci. Dans le tiroir de mon bureau. Ou plutôt : SOUS le tiroir de mon bureau, avec un gros scotch, à côté du revolver en plastique chargé six pétards.

A 18 ans, comme j'étais étudiant et que je vivais seul, je n'avais pas trop de problèmes d'intimité. J'écrivais jour et nuit, n'importe où, dans n'importe quelle pièce. Je me demande d'ailleurs si certaines pages sans intérêt n'ont pas été écrites directement depuis les toilettes...

A 22 ans, j'étais à l'armée. Au début, c'était très dur de pouvoir prendre des notes, d'autant plus que mon sergent m'avait à l'oeil. Il n'empêche que c'est là-bas que j'ai terminé l'écriture de mon premier roman.
Une vraie merde. Un inédit. Un inclassable.
Un bloc de mots aussi dur qu’une tablette de Moïse. Premier commandement : tu feras un plan de ton ouvrage, avant de t’y jeter dedans corps et âme !

A 24 ans, je me suis replongé dans l'histoire de mes 15 ans et j'ai écrit les Impatiences amoureuses version 1. Ma femme est arrivée dans ma vie (ou revenue, pour être plus juste, mais c’est une longue histoire) et j'ai continué à planquer mes écrits, jusqu'au jour où je lui ai dit « ok, c'est bon, j'abdique, il faut que je t'avoue que j'ai une grrrrrosse tare : j'écris ! »
J'ai eu de la chance : elle est restée, et sans ultimatum de sa part.
Sainte femme ! Elle ne savait pas ce à quoi elle s'exposait !

A 27 ans, la version BETA des Impatiences amoureuses tient à peu près la route. Du moins, c'est ce que je croyais.
Je l'envoie à un éditeur, qui fait passer l'ouvrage en comité de lecture, et puis, bing sur la tête, je reçois une lettre qui dit que désolé Monsieur, vous n'êtes pas Balzac, vous n'êtes pas Beigbedder, vous n'êtes visiblement pas quelqu'un de très connu et nous avons des impératifs très durs au sujet de nos collections. En clair, vous ne convenez pas, mais alors pas du tout !
Zut.

A 30 ans, j'ai ma première fille. Ça occupe beaucoup un écrivain, ça, le fait d'avoir un bébé. Ça occupe les nuits et ça repose le stylo. Très bien, mais il n'empêche que je persiste et je réfléchis à une version plus approfondie des Impatiences.
L'heure tourne.

A 32 ans, je découvre le net.
Ma fille fait largement ses nuits : c’est maintenant au tour d’Internet de me rendre insomniaque.
C'est le début de la décadence physique, psychique et profonde. Il s'en est fallu de peu pour que je ne décède pas de manque de sommeil.
Jour : dessinateur en architecture.
Nuit : écriture, blog de Charlie, blog des Impatiences…

Dormir, c’est quoi, déjà ?

A 33 ans, j'ai ma seconde fille. Ma femme passe en job de nuit pour s'occuper des filles le jour, et
le bébé s'avère être une pure rebelle du sommeil canalisé. Dormir devient alors pour nous une véritable mission impossible !
Donc... j'écris encore plus (autant rentabiliser, entre deux pleurs, non ?!)

A 34 ans... Ah, ben non, ça s'arrête là. Pour le moment, j'en suis encore au chemin de croix. 33 ans. Aïïïe ! Tu les sens passer ? Non ? Pas encore ? Tiens ! Un coup de fouet !... Qu'on lui rajoute deux kilos de chaque côté de la croix ! Allez ! Debout ! Avance !


Bon. Je l'ai bien cherché. Mea culpa.
Demain, je vais me faire manipuler la vésicule biliaire.
Il paraît que ce serait à cause d'elle que j’ai de la bile dans le sang.

Je me fais un sang d’encre !
Si on m'enlève l'encre que j'ai dans le sang, qu'est-ce que je vais devenir, moi ?!

Les Impatiences amoureuses, version "mise en ligne sur le blog" sont actuellement au stade d'ultime perfectionnement.
Chaque jour, entre midi et deux, je m'éclipse de mon lieu de travail pour m'atteler à la tâche.

Toujours incognito. Toujours en cachette. Toujours derrière le masque de celui qui n’a rien à dire et rien à faire et rien à vivre et rien à ajouter.

Charlie Bregman n'existe que là.
Que sur cet internet.
Et entre nous soit dit : c'est comme si je n'existais en réalité qu'ici moi aussi !




Extrait du premier chapitre des Impatiences amoureuses :



Mais la classe de troisième ? Rappelez-vous ! La troisième du collège !
N’était-elle pas merveilleuse, cette année-là ?
Mais si, voyons ! Quinze ans : le bel âge ! Les premiers regards indécents des filles, les premiers sourires béats des garçons ! La poitrine qui commence à pointer et le French kiss qui vous démange ! L’intuition caudale qui vous prend le commandement, les doigts qui veulent tout explorer et tout toucher, l’acné qui se fait exploratrice exclusive du continent nasal, les bagues de l’orthodontiste qui vous squattent toutes les dents, les pantalons trop courts ou bien les pantalons trop longs, la démarche les pieds en dedans, le cartable de dix kilos sur les épaules, les bras qui pendouillent maladroitement de part et d’autre du corps qui se balance et qui se voûte, les oreilles toutes rouges à la moindre remarque, la peau toute blanche au moindre effort, le sourire tout jaune quand il n’y a rien d’autre à répondre, les poils qui commencent à suinter sous les bras, les premières odeurs acides et peu valorisantes qui s’en manifestent…
Le réveil des chimpanzés !






Partager cet article

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans Carnet de correspondance
commenter cet article

commentaires

bregman 29/04/2008 21:21

Merci pour ton commentaire, Anne-Lise :)Mais je ne peux m'empêcher de pointer quelques erreurs :- "toi tu sais écrire, moi pas" -> Faux !- "certainement souriant" -> A moitié faux ! (car pas toujours)- et puis pour toute la tartine d'après, me concernant, ben, euh, je sais pas quoi dire à part qu'il ne faut pas m'idéaliser quand même, hein, je ne suis guère mieux que les autres dans la réalité ;)Bisous et @ bientôt !

Anne-Lise 25/04/2008 19:27

Hello Charlie,Je suis tellement contente de te lire à chaque fois.Bienvenue dans le groupe de celles et ceux qui ne vivent que sur Internet ;).  Et tu peux être heureux car toi tu sais écrire, moi pas ;). Mais tu es important, tu existes pour deux petits Coeurs qui t'aiment tellement. Tes deux p'tites filles peuvent être heureuses d'avoir un papounet comme toi, si ouvert, généreux, comique, certainement souriant. Parfois on marche sans que personne ne voit notre Coeur, qui nous sommes, pourquoi nous vivons... nous sommes celui ou celle qui n'a jamais rien à dire, rien à rajouter, qui s'efface en souriant pour penser à la Vie, la Vraie, celle au fond de nous-même mais qu'on ne pourra réellement exprimer que sur Internet...Les Eternels Solitaires masqués ;).J'voulais te dire que j'aime énormément te lire, toujours cet humour que j'aime beaucoup, une façon d'écrire que j'admire, et toi :) . Je n'te connais pas beaucoup, pourtant quand j'te lis, je lis mon âme, c'est tout comme si j'te connaissais. Tout comme si je savais c'que tu ressens, c'que tu vis chaque jour.J'aimerais te dire aussi que tu as un très beau Coeur, tu es une belle personne et je suis bienheureuse que tu existes :).Merci.Bises.

bregman 23/04/2008 21:55

Toujours pour La Marmotte qui Louche -> J'ai répondu à tes PS sur ton blog, comme ça, s'il y a des curieux qui veulent savoir, ils n'ont qu'à aller se balader chez toi ;)

bregman 23/04/2008 21:52

La Marmotte qui Louche -> Je suis d'ailleurs sur Copains d'Avant, et je me ferai un plaisir de répondre à ton invitation pour faire partie de tes amis ;o)

bregman 23/04/2008 21:50

Martin-Lothar -> C'est vrai, ça, qu'ils sont vraiment gâtés, mais ils sont tellement pourris qu'au lieu de partager leurs textes avec leur journal, ils les mettent en ligne sur le chat... la preuve que le chat et la souris sont des outils de bien mauvaise compagnie, pour les écrivaillons en herbe comme moi-il-y-a-quinze-ans :)