Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 00:02

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

 


 

 

 

 Pour le vocabulaire, par contre, il faut reconnaître que je ne suis pas très au point. J’ai beau essayer d’enrichir ma collection de mots à chaque lecture un peu hétéroclite que je peux faire, ça ne fonctionne pas : mon vocabulaire est pauvre. Une langue de cinq cents mots, à tout casser. Disons six cents, histoire de faire preuve d’un minimum de condescendance. Six cents, mais sans doute pas un de plus.

 Lorsque l’on sait que le petit dictionnaire illustré, qui me sert de béquille verbale, contient soixante et onze mille articles à lui tout seul, forcément, là, si ces écrits se publient un jour, je ne pourrai que passer pour un gigolo du monde de l’édition, quelqu’un qui n’a pas d’autres moyens que de se laisser entretenir par de plus grosses pointures qui, elles, n’auront plus rien à prouver, et cela depuis longtemps. Mon ouvrage aura quelque chose de hideux, parmi tous les autres. Quelque chose de vulgaire, de puant, qui plongera tous les libraires les plus courageux dans un état de catalepsie si profonde qu’il fera virevolter d’épouvante ce qui aurait probablement pu constituer la meilleure clientèle de la journée.

 Je ferai donc des efforts de vocabulaire. Pour abréger les souffrances de tous ces gens-là.

 

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 02. Le travail des écrivains
commenter cet article

commentaires

AL 15/10/2006 20:17

Personnellement, je trouve que c'est quand les mots sont simples que c'est bien plus agréables a lire, ça fait plus naturel, plus sympa et ça donne bien plus envie de continuer la lecture, tout l'monde les comprend,  par contre quand dans une phrase de15 mots tu en enlèves 6 que t'as pas pigé parce qu'ils font partie des mots que, sans savoir pourquoi tu vois jamais dans l'dico ni ailleurs d'ailleurs ;-), là, au bout de 30 fois que t'as pris l'dico pour vérifier et  comprendre le texte, c'est un bouquin que tu as facilement envie de donner...Tiens prends le, j'te l'offre...C'est gentil mais est-il bien à lire!Bah oui, il est super je trouve, je te l'conseille, a lire en entier, avant même d'aller dormir, après tu verras tu dormiras de suite...Mais t'es sûre?oui oui, prends le... Quelle générosité ;-)... Je sais, ce n'est pas le cas de tout l'monde de préférer les mots simples, mais on n'peut pas plaire a tout l'monde... A la  limite, ce qui peut saouler, c'est les répétitions...Moi avec mes 300 mots, j'trouve super de te lire ;-)A bientot...

BREGMAN 15/10/2006 22:56

Je suis de ton avis. Un livre doit rester accessible. Par contre, plus j'écris, plus je me rends compte que la langue française est très riche, et qu'il existe souvent un mot précis pour dire exactement ce que je cherche à dire en deux ou trois phrases.
Bref. J'ai des lacunes :(
Bises et à bientôt !

Mélanie 12/05/2006 18:13

Et bien, peut-être à l'époque, à tes 15 ans, n'avais tu pas énormément de vocabulaire, mais maintenant, le texte réécrit est bien assez riche ! Il ne vaut mieux pas, en effet, que la lecture soit trop ardue : )
Ainsi c'est bien, c'est agréable à lire, et tout particulièrement les premiers épisodes du premier chapitre, qui sont si tendres et si drôles !

BREGMAN 14/05/2006 23:04

J'ai eu des périodes d'écriture où mon style était beaucoup plus "hostile"... Pour moi, le style doit servir la narration et l'idée générale que l'on veut exprimer. C'est un costume.
Ni plus ni moins.

Nymue, Eveilleuse Créative 11/05/2006 22:34

ah oui... c'est un vrai plaisir ce livre...  Il y a une poésie et un rythme imprégnés dans chaque phrase, c'est beau...J'aime bien aussi le moment où ils rencontrent la nommeuse de mots :-) ...

Nymue, Eveilleuse Créative 11/05/2006 11:36

Quand l'expression écrite devient trop difficile d'accès, les gens n'ont plue envie de lire, ou le sens leur échappe, alors moi je suis bien contente que tu écrive avec ta plume fluide et vraie, fluide et simple avec parfois juste un nouveau mot rigolo, comme dans "la grammaire est une chanson douce" d'Eric Orsenna (j'adore raconter cette histoire)

BREGMAN 11/05/2006 22:03

Un petit extrait de "la grammaire est une chanson douce" (Erik Orsenna, 2001). Pour le plaisir :
" Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase bien connue, trop connue : Je t'aime.Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps.Il me sembla qu'elle nous souriait, la petite phrase.Il me sembla qu'elle nous parlait :- Je suis un peu fatiguée. Il paraît que j'ai trop travaillé. Il faut que je me repose.- Allons, allons, Je t'aime, lui répondit Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide. Quelques jours de repos et tu seras sur pieds. Monsieur Henri était aussi bouleversé que moi.Tout le monde dit et répète "Je t'aime". Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s'usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver. "