Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 00:16

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

— Tu ne te brossais pas les dents : tu faisais des tractions dans les toilettes !
 
Ces gens-là doivent être usés par la vie. Quand on n’a pas le moindre gramme de sympathie à son âge, c’en est visqueux d’évidence. Il faut que je l’aie à l’usure. Que j’en vienne à bout à la méthode dépressive.
Je lui explique que depuis que je suis tout petit, j’ai toujours eu peur que quelqu’un me vole mon cartable. Non pas qu’il y ait des choses de valeur à l’intérieur, mais, ça ne s’explique pas, c’est une angoisse profonde sans doute liée à une psychose infantile mal refoulée. Et pis d’abord, je ne faisais pas des tractions : je vérifiais si mon cartable était toujours là, parce qu’il m’avait bien semblé entendre les pas de quelqu’un qui se cache, mais comme je ne savais pas que c’était lui, j’avais d’abord songé à un voleur, dont j’aurais été bien heureux d’apercevoir la tête afin de le dénoncer ! Et puis, il ne faut pas croire que ça m’amuse, ce n’est pas très marrant, d’être stressé comme ça ! En plus, j’étais en train de faire caca, alors, je m’en serais bien passé, de repousser le moment propice, parce que, figurez-vous, Monsieur, que ça commençait à venir, et vous ne pouvez pas savoir qu’est-ce que ça soulage, de faire caca comme ça avant d’aller chez l’orthodontiste, ben non, je suis bête, peut-être que vous n’avez jamais eu de bagues, vous, qu’est-ce que c’est pénible, ces bagues, qu’est-ce que c’est angoissant, ces rendez-vous, j’ai commencé cette torture il y a déjà trois ans, vous savez, qu’est-ce que c’est long, et encore, je ne peux pas me plaindre, c’est pas moi qui paie, mais quand même, ça me demande des efforts, une hygiène draconienne, et puis plus les années passent, plus ça fait mal, plus les dents sont solides, plus les fils de fer tirent dessus comme des tordus … C’est un vrai calvaire ! … Et puis …

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 
Lassé d’entendre mes jérémiades, il laisse échapper un soupir qui en dit long sur son envie de m’abréger les souffrances. Ce type est sur le point de passer à l'acte et de  m’assassiner sauvagement dans les toilettes, c'est évident, mais il se ressaisit comme un de ces petits êtres prévisibles qui viennent de se faire méchamment sermonner par le petit ange gardien chargé de les remettre dans le droit chemin. Il me fait :
— Ça va, ça va ! Allez ! Ouste ! Que je ne te revoie pas par là ! C’est le coin des internes, ici !

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nath_1977 03/10/2006 21:08

le style est très fluide, vivant

BREGMAN 04/10/2006 01:12

Et toi, à l'heure qu'il est, c'est tout le contraire ;)
(qu'est-ce que je suis salaud, quand même !)

Bartiméus 03/10/2006 01:13

Si tu manies aussi bien ta langue tout à l'heure avec ta déesse que les mots avec ce pion c'est du tout cuit ! Allez fonce petit et fais de elle ta reine ! ;o)

BREGMAN 04/10/2006 01:06

Manier sa langue dans la bouche d'une autre, c'est bien ce qui m'inquiète ... ;)

cerise 02/10/2006 19:45

monologue réussi à la perfection
cerise

BREGMAN 04/10/2006 01:04

Merci et bienvenue !