Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 00:24

Prise de température (chapitre 24 épisode 5)

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]
 
 
Brrrr…
 
Ça fait tellement froid dans le dos, une énumération pareille, que mon grand-père, le radiateur qu’on a dans le dos, il nous l’ouvre à fond, et même que le thermomètre indique vingt-cinq degrés, et que mon oncle, au bout de vingt ou trente crevettes décortiquées, il se met à gueuler qu’il fait trop chaud, et puis mon père, qui est toujours zen, il attend le plateau de charcuterie, et quand le poivre du pavé lui met le sang en ébullition, il se met à gueuler aussi, encore plus fort que mon oncle, et même que mon oncle, ça l’énerve, alors il en remet une couche par-dessus, et le papi en prend plein la tronche.
Alors ça dégénère, tout le monde se met à gueuler, et le papi en premier, parce qu’il n’est pas d’accord, il n’est pas rouge comme une tomate, c’est pas vrai, d’abord, et puis il va très bien, il n’a pas de problèmes de santé et son col de chemise, il ne lui sert pas du tout, et que s’ils ont chaud, tous, c’est parce qu’ils ne sont pas habitués à bien chauffer chez eux, et même que si ma cousine elle est toujours malade, c’est à cause des vingt degrés de leur appartement, parce que vingt degrés, c’est vraiment pas assez, et puis ensuite, quoi, ils ne sont pas bons, mes escargots, pourquoi vous ne les finissez pas, il reste encore de la dinde qu’on n’a pas encore amenée parce qu’il n’y a pas de place, alors ce n’est pas le moment de rendre la serviette, qu’est-ce que c’est que ces biafrais, c’est pas possible, vous allez tous finir chétifs, ma parole, si mon père voyait ça, je ne sais pas ce qu’il dirait …
 
Et aujourd’hui, en montant tous les cinq dans l’ascenseur, ma mère, mon père, mon frère, ma sœur et moi, on se regarde tous de travers en pensant la même chose : il n’y en a pas un qui veut monter à pied, pour éviter de rester coincé entre deux étages ?

Montez dans l'ascenseur et venez chercher vos cadeaux !

C’est vrai que c’est serré.
Et puis, ça pue. La voisine du troisième a encore empesté toute la cabine avec son eau de Cologne.
Benjamin appuie sur la touche « 4 », et la porte se referme.
Allez. Courage !
Les chocolats de Pâques, ce n’est pas la mer à boire : mon père, il n’a même pas fait de footing, ce matin. C’est pour dire …
 

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mélanie 20/01/2007 12:11

Ca doit être gai chez vous, le réveillon...  : )
 
au fait, on a tous les mêmes pépés, c'est bien connu. ^^

BREGMAN 20/01/2007 15:57

Sans vouloir avoir l'air désobligeant, il semblerait que tu aies le commentaire sénile :)
Tu radotes ?! lol

Mélanie 20/01/2007 12:10

 
C'était gai, chez vous, le réveillon. ^^
au fait, on a tous les mêmes pépés, c'est bien connu.

BREGMAN 20/01/2007 15:55

Il arrive donc qu'on préfère la rentrée ;)

Créativa 20/12/2006 15:34

Eh ! Il est en pleine forme le pépé, on dirait ! Il ressemble au mien quand il nous force à terminer les plats sous prétexte qu'en Ethiopie un cuillère de grains de riz suffirait à donner du bonheur à un enfant !

BREGMAN 20/12/2006 22:31

Bienvenue, chère cousine ;)
(on doit avoir le même pépé !)