Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 20:37



[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]
 

Un singe en rivière

La braguette de mon pantalon encore ouverte, l’allure tout échevelée, l’œil larmoyant et le souffle haletant, je n’avais aucun accessoire qui allait pouvoir jouer en ma faveur. De plus, quand ma mère s’apercevrait de l’état de mes habits, une bombe nucléaire allait inévitablement s’abattre sur moi et j’allais pouvoir dire adieu à mes petits atomes crochus avec Marina.
Feindre la contrariété, l’agacement, et l’énervement était encore la meilleure stratégie à adopter. Faute de mieux, je fis mine de me sentir les doigts censés avoir une odeur de poisson, et lâchai un soupir très irrité en dodelinant la tête dans tous les sens :
– Je ne suis pas prêt d’y retourner ! Qu’est-ce que c’était nul ! En plus, dès que ça mord à l’hameçon, tu crois que c’est gagné, hein ? Eh ben non ! Non seulement des fois, tu ressors un hameçon avec rien au bout, mais en plus, quand tu as la chance d’avoir chopé un volontaire pour l’assiette, il faut le mesurer dans tous les sens pour bien être certain d’avoir le droit de le garder ! Bref … A chaque fois que tu en manipules un, en plus d’avoir son odeur qui te colle à la peau pour le reste de l’après-midi, tu dois te farcir la frustration de devoir le remettre à l’eau ! Tu parles d’un intérêt ! En plus, ils le savent, les poissons, que tu ne peux rien leur faire ! Ils te regardent comme ça, avec un œil hagard qui a l’air de se foutre de ta tronche, ils simulent la paralysie, et puis dès que tu les relâches, ils font des bonds partout autour de ta canne à pêche, et même que tu es obligé de leur lancer des cailloux pour qu’ils aillent voir ailleurs et qu’ils n’empêchent pas les autres de venir voir ce qu’il se passe au bout de ton hameçon !

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)

Partager cet article

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 41. Au bord de l'écoeurement
commenter cet article

commentaires

Martin Lothar 20/10/2007 21:02

Que d'imagination faut-il pour se dépuceler. Après, on la garde toujours, c'est vrai...

BREGMAN 23/10/2007 20:55

Et dire que ce n'est que le début ... :)