Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

11 septembre 2006 1 11 /09 /septembre /2006 00:14

Benêt bonnet (chapitre 14 épisode 1)

— Bonjour Agnès, répond la prof.
J’étais boycotté.
— Elle ne t’a pas reconnu ?
Je lui lançai un regard véreux de travers, sans chercher à dissimuler ma susceptibilité accentuée par le mauvais sommeil que je venais d’avoir. Ce n’est pas tous les jours qu’on a un premier rendez-vous galant.
— Quand je pense que j’ai la meilleure note à chaque devoir … C’est bien la peine ! je râle.
— Ce doit être ton bonnet ! suggère Agnès, essayant de trouver une explication.
 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Ma mère, ce matin, avait lourdement insisté sur le fait que la température avait sérieusement chuté, et qu’il était hors de question que je m’en aille sans me couvrir la tête. Le prix de la consultation chez le médecin, quoique remboursée par la Sécu, serait de ma poche au moindre rhume !
Tous les prétextes sont bons pour extorquer de l’argent à ses proches, lorsque l’on est femme au foyer.

 

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 01:09

les amants déchaînés (chapitre 13 épisode 6)

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]
 
La preuve que les filles ne sont pas comme les garçons, c’est que, même amoureuses, leur cerveau constitue de fonctionner.
Sophie a ouvert un œil. Discrètement.
Je suis pris en flag. Rapidement, je lui adresse un coup d’œil complice et lui fais signe de ne pas s’occuper de moi, comme si je n’avais strictement rien remarqué de leur manège enchanté. En guise de démonstration, je saisis une photographie à peine trempée dans le fixateur, et l’accroche maladroitement sur le perchoir des petites pinces crocodiles, qui semblent d’ailleurs m’en vouloir personnellement, à en juger de la force de leurs petites mâchoires sur le bout de mes doigts novices et distraits.
D’ailleurs, Déméter abandonne très vite la vision de ce spectacle pathétique, d’un pauvre type qui se bat avec des pinces crocodiles pour leur faire avaler des photos ratées.
La voie est donc libre.
Les crocos n’ont qu’à s’amuser tout seuls sur le sol, si cela leur chante. Ils n’auront plus rien à bouffer, et qu’ils ne viennent pas se plaindre ! Moi, l’animal qui m’intéresse, c’est celui qui a la bouche grande ouverte avec la langue de Sylvester dedans.

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)

Eureka !

 

 

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 13. La leçon de Sylvester
commenter cet article
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 23:58

Le manège enchanté (chapitre 13 épisode 5)

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]
 

Je suis à fond dans le rôle ! Ça y est : je me passionne pour les réglages de la machine à projeter les négatifs sur le papier ! Comme un professionnel qui aurait découvert la photographie il y a trente secondes, je puise sans la moindre gêne dans le stock de papier photo du labo. Plus je ferai des essais, plus ils me considèreront comme un être parfaitement inoffensif. Car c’est complètement inoffensif, un photographe qui fait son boulot. Le monde pourrait s’écrouler autour de lui qu’il en serait encore à tempêter contre le flou indésirable de ses résultats.
La stratégie est simple : se faire oublier. Le réalisateur des reportages animaliers, il dit toujours que le plus important, ce n’est pas d’avoir un bon œil, mais de faire en sorte que l’animal ne se doute pas un instant qu’on est en train de l’observer !
Alors je fais mine d’ignorer totalement leur manège et leur présence.
L’appareil projette sa lumière, et moi, mon imagination débordante : que se passe-t-il, derrière moi, où en sont-ils, vont-ils me remarquer, si je me retourne maintenant, s’embrassent-ils, ont-ils déjà commencé leurs jeux de mains jeux de gros seins ?
 

ça devient chaud chaud chaud ...

 
(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
 
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 13. La leçon de Sylvester
commenter cet article
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 00:13

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

 

 
 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Loin d’être passionné par le travail, je n’ai qu’une hâte : me faire oublier dans ce coin du labo afin de les laisser à leur intimité ! Il n’est donc pas question de la faire répéter quinze mille fois la même explication ! Plus vite j’aurai assimilé les bases, plus vite ils commenceront leur démonstration de baiser sexuel !
Aussi, au bout de trois essais réalisés à l’aide de Sophie, me voilà en train de lui certifier que j’ai tout intégré des bases et que je suis prêt à effectuer quelques développements en solitaire !
 
Très vite, le mensonge portera ses fruits : Sophie s’éloigne vers Sylvester, fait mine de s’intéresser à l’aspect artistique de certaines œuvres déjà développées, et leurs échanges verbaux s’estompent pour ne devenir que chuchotements.
(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 13. La leçon de Sylvester
commenter cet article
5 septembre 2006 2 05 /09 /septembre /2006 00:13

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

Je sens bien qu’il n’a pas envie de se taper la deuxième couche de peinture tout seul, mais là, franchement c’est une question de vie ou de mort, pour moi. Il ne se rend même pas compte, Paulo !
Mais il vaut mieux ne pas lui parler de cette histoire de rendez-vous. Déjà qu’en sixième, il se moquait de moi parce que j’étais amoureux de Coralie, et qu’elle avait un blouson de cosmonaute, tout en aluminium, alors, pour Marina, je ne préfère pas prendre de risques. Il serait capable de dire que les nageuses ont les épaules trop développées et que ce n’est pas beau à regarder …
— Peut-être que ce serait pas mal de faire un peu de développement avant de terminer la boîte ! je lui suggère. Comme ça, si ça ne nous plaît pas …
Paulo me fixe avec de grands yeux d’ahuri :
— Et tout notre travail ? Cette caisse en bois à laquelle il ne manque bientôt plus que la lentille, on n’en ferait quoi ?
— Ben … Je ne sais pas, moi. Un bateau, une caisse à outils … Un coffre à jouets ? Un masque pour cyclope ?

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 


(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 13. La leçon de Sylvester
commenter cet article
4 septembre 2006 1 04 /09 /septembre /2006 00:13

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]


Bien sûr, je n’ai aucune preuve formelle, mais avouez qu’il y a de quoi mettre la puce à l’oreille, quand on sait que Sophie, alias Déméter la déesse aux gros seins blancs, elle s’enferme toute seule dans le labo photo avec Sylvester, et franchement, des photos développées, ils n’en fournissent pas des masses, tous les deux …
Il y aurait comme une légère incohérence entre le temps passé dans ce labo, et le travail réellement fourni, si vous voyez ce que je veux dire.
 
 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 
C’est qui, Sylvester ?
Sylvester, c’est l’athlète du collège. Un surnom qu’on lui a donné parce que les muscles de Stallone et les siens, eh ben, ils sont pareils. Au lancer de javelot, c’est un champion. Vingt mètres plus loin que moi, il l’envoie, le javelot, si bien que le professeur de gym, il lui a proposé de faire des compétitions le mercredi après-midi, à Sylvester, et même qu’à moi, il ne me l’a jamais proposé, un truc pareil.

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 13. La leçon de Sylvester
commenter cet article
1 septembre 2006 5 01 /09 /septembre /2006 00:13

Le vent en poulpe (chapitre 13 épisode 1)

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]
Entre nous : je crois bien que lorsque tu embrasses ta nana, il ne faut pas respirer. Je dirais même que si tu es galant, il faut attendre que la nana ait envie de respirer pour que tu puisses prendre un peu d’air à ton tour.
Ça m’angoisse.
 

Et maintenant la pratique !

Marina est une championne de natation. Elle remporte toutes les médailles. Elle a forcément un meilleur souffle que moi.
Combien de temps je peux tenir ? Trente secondes ? Quarante ?
Une fois, dans mon bain, j’ai tenu une minute et cinq secondes. Mais j’étais tout seul et très calme. Moi, Marina, elle m’excite. C’est sûr, ça va me faire accélérer le rythme cardiaque, ce truc-là, et si mon rythme cardiaque s’accélère, je vais devoir respirer davantage.
 
C’est fou ce qu’un rendez-vous galant peut te mettre en face de tes lacunes ! Je suis maigre, je n’ai pas de souffle … et je ne sais pas embrasser.
Quelle idée, d’avoir accepté ce rendez-vous ! L’amour rend-il fou ? On ne se présente pas à un examen ans avoir révisé, non ? Alors pourquoi se rendre à un rendez-vous avec Marina sans savoir embrasser ? Il me faut au moins la théorie ! Au moins le résumé de la leçon ! Et ce n’est pas le gentil Paulo qui va me renseigner, ça, c’est sûr !
A mois que…
(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 13. La leçon de Sylvester
commenter cet article
31 août 2006 4 31 /08 /août /2006 00:12

Faire le Coq et Maman Poule (chapitre 12 épisode 9)

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

 

— Il fait beau, aujourd’hui. On se croirait en été !
— Hop hop hop ! Enfile ça et tais-toi ! Et ne traîne pas trop avec Paulo, à midi ! Les pâtes, ça se mange al dente !
 

N'oublie pas ton bonnet !

Evidemment, le coup de la télécommande ne lui aura pas suffi. Elle a bien repris ses aises, depuis la dernière fois.
Bon.
Inutile de s’attarder davantage.
De toute façon, c’est toujours la même chose, avec ma petite séance de gonflette : ça gonfle aussi vite que ça dégonfle ! A onze heures, mes bras seront redevenus encore plus maigres qu’avant.

 

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
 
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 12. Le réveil des chimpanzés
commenter cet article
30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 12:31

No limite (chapitre 12 épisode 7)

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

 

Frimeur!

Il n’y a donc pas le choix. Il faut que je me tape la séance d’haltères de cinq kilos.
Oui, je sais, cinq kilos, ce n’est pas terrible. Mais bon, cinq kilos soulevés cent cinquante fois, ça commence à faire du poids, tout de même !
Mon frère, attiré par tout ce remue-ménage, fait apparition dans l’entrebâillure de la porte.
Si je m’arrête maintenant, il va croire que je n’en ai soulevé que dix.
    Ne reste pas là ! j’articule péniblement. Il faut que je finisse …
    Tu ne vas pas aux arts plastiques ?
    Si, si … Mais après …
Le cours d’arts plastiques est une option. Il n’y a pas de notes et on y va quand on veut à l’heure que l’on veut. Il ne va pas rester planté là cent sept ans, non ?
— Je crois que … Maman … t’a … appelé.
Je suis au bord de l’hypoglycémie. Il veut me tuer, ou quoi ?
— Tu as le bras gauche qui faiblit plus que le bras droit, je crois.
— AAHHHHH ! … Je te dis qu’ ta mère t’appelle !

 

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 12. Le réveil des chimpanzés
commenter cet article
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 00:12

Stallone n'a qu'à bien se tenir !

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

Je sais, c’est un peu bête, maintenant que je suis tout propre, mais c’est à chaque fois pareil. Des muscles aussi maigres avec un nez aussi propre, moi, ça me choque.
Je vais d’abord prendre mon petit déjeuner digne de ce nom, avec mon pain, mon beurre et ma « confiture power » quotidienne. Et puis je me mettrai alors à l’ouvrage sur le rameur de mes parents, que ces derniers ont d’ailleurs lâchement abandonné dans ma chambre, sous prétexte qu’il prenait trop de place dans la leur.
Là, le sucre de la confiture, je vais le transformer en muscle !
Le petit Bregman à l’apparence quelconque et blâmable, je vais le transformer en Sylvester Stallone, roi de la force et du courage !
 
Allez ! Je quitte le pantalon et enfile le short. Je respire trois fois lentement et profondément, et hop ! C’est parti ! Sur l’océan carrelé de mon défi, je me lance en rameur solitaire qui va s’offrir un tour du monde contre la montre !
Réglage de l’appareil : force neuf.
La pire. Celle qui simule le rameur désespéré, livré à lui-même, et qui va pourtant devoir s’en sortir contre vents marées !
(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
 
 

Contre vents et marées

 

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 12. Le réveil des chimpanzés
commenter cet article