Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 00:17

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]
Mais la litanie de leurs frustrations les plus venimeuses est loin d’être terminée, car c’est maintenant au tour de ma mère de prendre la relève, avec encore ce sempiternel discours, qui revient toujours, dans les évocations de souvenirs, comme un mauvais refrain de vilaine comptine. Une comptine que j’ai, du reste, déjà entendu des dizaines et des dizaines de fois : comme quoi elle était la fille aînée de la famille, qu’elle se tapait toutes les corvées des tâches ménagères, de la lessive à la vaisselle, en passant par la popote et le débarrassé de la table … Ah, ça, le débarrassé de la table, ça l’a marqué ! Les deux frères ne levaient jamais leurs fesses de la chaise pendant que les filles étaient corvéables à merci !
 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

— Il y a toujours eu deux poids deux mesures ! Les garçons, c’étaient des rois ; les filles, c’étaient des boniches !
Bla bla bla, bla bla bla. Ma tisane sera bientôt froide, qu’ils en seront encore à s’échanger leurs venins tout bien empaquetés, tout bien confectionnés au fur et à mesure des années, tout bien dissimulés sous leurs apparences d’adultes bien équilibrés, bien comme il faut, bien sous tous rapports.

 


(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
 
Repost 0
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 20:30

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

 

— Le brevet, vous savez, ce n’est pas bien difficile … je lâche. Rien qu’avec les moyennes que j’ai eues ces deux dernières années, il ne me manque plus que dix points pour l’avoir, alors inutile de s’en faire une montagne !
— Tu cherches à nous humilier parce que nous, nous ne l’avons pas eu, le brevet ? Tu crois que nous avons eu la chance d’avoir des parents comme ceux que tu as ? Moi, à chaque fois que je voulais ouvrir un livre, ma mère, elle m’envoyait dehors ! Pour acheter du pain, pour faire une petite course, pour des conneries … Parfois même pour rien, rien que pour prendre l’air, pour dégager le plancher pendant qu’elle passait la serpillière !
 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Il se tourne vers ma mère :
— C’est vrai, ça ! En plus, avec le frangin, on a partagé la même chambre jusqu’à qu’on décide de prendre un appartement, tous les deux, tu te rappelles ?
Ma mère acquiesce :
— C’est peut-être pour ça, que vous ne pouvez plus vous voir même en peinture, maintenant, tous les deux !
 
(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 00:08

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

— L’année prochaine, c’est le lycée. Dans trois ans, c’est le bac ! Ça passe vite, trois ans ! Alors autant commencer à y réfléchir sérieusement ! La vie, ce n’est pas de la promenade au clair de lune ! Pas de place pour les hésitants ! Pas de place pour les rêveurs !
Bla bla bla, bla bla bla …
Il n’y en a pas un qui pourrait servir à manger à mon ventre qui gargouille, au lieu de s’exciter comme ça des années à l’avance sur des choses dont on ne sait même pas si elles se passeront comme ça ? Je sens qu’il va me resservir son discours de la jungle où l’homme est un loup pour l’homme …
— La vie est une jungle !
Bingo. Dans le mille.
(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)

 

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 00:17

 

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Je déteste les tisanes brûlantes. J’aurais mieux fait de me taire.
— Tu nous prends pour des cons ? s’énerve mon père.
C’est évident qu’il n’est pas dupe. Pourvu d’une intuition pratiquement animale, mon père a toujours su flairer les mensonges et les petites cachotteries.
Benjamin et Virginie sont renvoyés à leurs brossages de dents. Ils s’en sortiront avec un petit yaourt avalé en deux ou trois cuillères.
— J’aime bien les insectes … je réponds timidement, les yeux noyés dans mon assiette toujours creuse.
Pour dérouter un intuitif, il n’y a pas d’autre solution que de se convaincre soi-même de la véracité du mensonge qu’on veut lui faire gober. Pas d’autre solution que de se créer une espèce de vérité parallèle. Un espèce de microcosme inviolable dans lequel tous les prétextes sont permis.
— Cette année, en cours de sciences naturelles, on laisse un peu de côté le monde des insectes, et je trouve ça un peu dommage … C’est intéressant, d’observer comment vivent les insectes !
— Tu ne veux plus devenir architecte ? s’agace mon père.
— Ben … Si, mais …
— Mais quoi, encore ?……………

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0