Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 14:40



[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]  

Et tout cela doit finir par prendre un certain temps, et même un temps "certain" qui ne doit sûrement pas être le même pour les amoureux et pour les autres : car bientôt s’ouvre la porte et surgit mon père, qui me flanque une frousse comme jamais je n’avais encore eue, et je sursaute, et je lâche le combiné, et je me casse un orteil, et j’ai l’air terriblement con, et je sens que ça va partir en live, et …
— Allô ?
— Je crois qu’il va falloir que je te laisse, il y a mes parents qui sont déjà remontés pour se coucher …
Marina m’embrasse. Elle me dit qu’elle m’aime. Qu’elle m’aimera toujours.
Qu’elle a hâte de me retrouver lundi …

Moi, je ravale ma chique, je prends mon courage à deux mains, et je réponds :
— Bon ! Agnès : désolé, mais là, il faut vraiment que je te laisse ! Si tu n’arrives pas à faire ce fichu exercice, ce n’est pas bien grave, non ? Et puis, le brevet, tu sais, ce n’est pas pour demain ! Il te reste tout de même un peu de temps pour réviser !
J’ai le contrecœur au bord des lèvres et le sentiment de jouer faux qui me crispent tout le visage, mais il faut que j’aille au bout de la scène, tout au bout, là où il y a une sortie et où le rideau tombe. Je regarde alors mon père comme s’il s’agissait d’un compère, et je me tape même le culot de lui adresser un petit clin d’œil :
— Et puis arrête de pleurnicher sur ton sort ! Il n’y a pas que la physique, dans la vie ! Allez ! Bises ! A lundi, et passe le bonjour à ton copain !
Je raccroche et fais à mon père :
— Que veux-tu : il faut bien que je fasse mon travail de délégué !

Alors je ravale ma salive une dernière fois…
(et si vous voulez connaître la fin, rendez-vous avec le livre Vivement l'amour !)

FAIM


 



Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 20:56

Charlie sur écoute (chapitre 42 épisode 9) [Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]


 
J’entends un bruit sur la ligne, comme un combiné qu’on raccroche. Mon père ou ma mère vient de raccrocher le téléphone d’en bas.
M’écoutaient-ils ?
Cette hypothèse réveille un vent de panique qui souffle sur moi. De toute façon, il est trop tard. Ce qui est dit est dit. Ce qui a été entendu a été entendu. Mon amour pour Marina n’est peut-être plus un secret.

Ecoute téléphonique

C’est le début des emmerdes. Le début des emmerdes qui commencent.
Ou alors le début d’une autre histoire. Je ne sais pas.
— Je crois bien que mon père nous écoutait … je fais à Marina.

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 22:33



[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

Le sourire me revient, le sang me remonte dans les veines et mon visage s’illumine à nouveau d’une énergie que je croyais totalement disparue. Dans la pénombre, mes yeux se remettent à percevoir le monde tel qu’il est, en couleur et en relief ! Ma main se détend, la douceur et le calme me reviennent, et ma voix se fait plus suave, plus câline.
— Tu peux allumer, quand même ! fait ma mère derrière moi.


Sur mon nuage

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)


Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 09:07

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]


Et quand ils viendront nous rendre visite pour les vacances, on les logera dans une de nos suites pour amis, et puis on fera de grands festins avec des vins tellement chers que même dans les plus grands restaurants, ils n’osent même pas vous les présenter tellement le prix de la gorgée vous coûterait les yeux de la tête. Et ils seraient vachement fiers, mon père et ma mère, parce qu’on aurait sacrément plus réussi que ce qu’ils auraient pu imaginer, mais ils s’en trouveraient également bien changés, spirituellement un peu plus grandis, si l’on peut dire, et ils sauraient alors que l’amour est plus fort que tout et que le vrai poison de la réussite, c’est la peur, rien que la peur, et rien que ça.
Et nous, Marina et moi, la peur d’échouer, elle ne nous fait pas peur.

Ce qui compte, c’est d’être véritable, authentique, et de ne pas déguiser le langage du cœur et travestir les émotions !
C’est important, les émotions ! Je suis sûr qu’il y en a qui finissent par se rendre malades, à contenir leurs émotions, à les restreindre, à les détourner ou les étouffer !



Pijama sexy


(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)


Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 20:58

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011] 

La voilà, la vraie philosophie de ceux qui n’ont rien compris ! La voilà, la philosophie de ceux qui ne connaissent rien à l’hédonisme ! La voilà, la philosophie de ceux qui passent toute une vie à vivre à côté de leur vie !
Et moi, je ne veux pas passer à côté de ma vie. Je ne veux pas passer à côté de mon bonheur. Je ne veux pas passer à côté de Marina ! Qu’ils ne me reprochent pas le mensonge, ceux qui ont menti les premiers ! Qu’ils ne me reprochent pas de vivre : ce sont eux qui m’ont mis au monde !
Veulent-ils que je sois comme Monsieur Antoine ? Que j’arrive à un âge avancé de la vie pour me rendre compte que je suis passé à côté de l’amour de ma vie ? Que l’envie de m’offrir une seconde chance avec une petite minette de vingt ans de moins que moi me titille le melon et la tige et que j’en arrive à perdre mon emploi parce que ma hiérarchie découvre le pot aux roses ?
Entre parenthèses : rouges, les roses, il va s’en dire.


(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)


Soleil couchant chez Charlie

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 23:54

Des roses jaunes sur le tapis (chapitre 42 épisode 5)

[Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011] 
 
 

Pot aux roses

Ah, les traîtres ! De peur que je ne les considère pas comme des modèles responsables et imbranlables, bien arrimés à leurs convictions et bien droits sur leurs positions, ils se sont parés de toutes les froideurs et de toutes les dictatures inimaginables ! Laissant libre cours à leurs colères lorsque je venais toucher du doigt leurs boucliers de cartons et leurs épées de caoutchouc, ils auront réussi à instaurer ce dont nul idéal ne voudrait être à la source : instaurer des secrets et des sujets complètement tabous au sein même de leur petite famille ! Garder enfouie toute trace de blessure ou d’erreur, et élever du même coup l’échec au rang des plus grands tabous !

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 20:59

R.A.S. (chapitre 42 épisode 4)

 [Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

 


Contrat de naissance



Sabotages ! Mensonges ! Trahisons !

Je me rends malade d’inventer des histoires à dormir debout pour me garder un petit jardin secret, et en face, on m’édifie des secrets de famille gros comme des montagnes ?
Je culpabilise de tomber aisément dans le mensonge, alors que c’est tout simplement le seul modèle valable qu’ils m’érigent et le lèguent ?
(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 16:48

On ne choisit pas ses parents (chapitre 42 épisode 3)



[Aurais-je pris froid au cinéma ? A cause de la bouche de ventilation qui était placée juste au-dessus de nous ?]


Vomir de l’air et du ventre vide n’a rien de bien valorisant. Vidé de toute énergie, je me traîne lamentablement jusqu’au robinet de la salle de bain, afin de me passer un peu d’eau sur le visage. Là, devant le miroir, là où jadis je me serais pris pour une star indémodable de la pop et du star system, je ne fais guère le malin.
La honte est là, déformant mon visage, blanchissant mes orbites, vieillissant mes traits. Pour un peu, je verrais presque le visage de mon père … et au fond, de cet étrange malaise, peut-être en est-ce la véritable raison, cette soumission à la génétique ? N’en suis-je pas au tout début de ma vie ? N’ai-je pas le droit de rêver à quelques libertés ? De me servir au passage au gré des opportunités qui se présentent à moi ? Après tout, ne suis-je pas légalement mineur, jugé irresponsable de mes actes ? N’ai-je pas encore un peu de temps, avant de décider affirmer mes choix et ma vie ?

On ne choisit pas ses parents !

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)


Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 20:27



 [Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]


Dans les bras de Morphée

Faut-il que je renonce à Marina au plus vite, afin d’éviter tout conflit parental ?
Une bouffée de chaleur me submerge, me brûlant le corps de milliers de petites échardes invisibles. D’un coup de reins, j’envoie la couette en bas du lit, et respire un grand coup, avant d’enlever haut, bas, et me retenant d’enlever le caleçon au cas où quelqu’un aurait l’étrange idée de venir prendre ma température.

Qu’est-ce qu’il fait chaud !

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)

 

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 20:38

 [Extrait de l'épisode - la version intégrale était disponible jusqu'en début 2011]

 

 

Jepeh

 

 



Je comprends mieux notre voisine Marianne.
Elle est anorexique, Marianne. Si elle avale quatre petits pois à la suite, au cinquième, elle quitte la table et va vomir.
Ils ont même fini par la mettre à l’hôpital. Sous perfusion. Pour lui donner à manger directement depuis l’intérieur pour ne pas qu’elle se laisse mourir, Marianne.
Quand elle a obtenu sa première permission de sortie, un week-end, elle était encore toute maigre. Je l’ai vue se forcer à faire trois pas dans son jardin. En plein air. Un air tout pur plein de printemps et de chants d’oiseau, et elle, elle restait toute blanche, toute triste et toute creuse, elle avançait comme un zombie, et sa tête n’arrivait même pas à tenir toute seule bien droite au sommet de son cou tout fragile.
C’est ça, l’anorexie.
C’est quand ton corps voudrait avoir une autre tête, et ta tête, un autre corps. Alors quand ta tête t’ordonne de manger quelque chose parce que tu vas finir par mourir, le reste du corps refuse d’ouvrir la bouche et d’avaler quoi que ce soit, et tout ce qui rentre de force ressort aussi sec par là où c’est venu, comme si l’estomac et le cerveau se livraient une bataille sans merci.
— Tu ne veux pas boire une petite infusion ? propose ma mère dans le cadre de la porte.

(pour accéder à la version intégrale, corrigée et définitive du texte, lisez Vivement l'amour !)
Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans 42. Tout s'éclaire
commenter cet article