Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Conciergerie

 

ajouter-au-panier.png

 

 

Couloirs

Heures de colle

avatar

Tableau D'affichage

22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 21:16

deux.jpgIllustration © Jovan De Melo

 

Ça y est, la Saint Valentin arrive, des milliers de célibataires vont devoir affronter le regard méprisant des autres, seront obligés de se justifier du pourquoi et du comment, de se trouver des prétextes, de s'inventer des excuses… Ils pourront se consoler en faisant leurs comptes ou en prenant rendez-vous chez leur banquier, en se félicitant de ne pas avoir su sombrer dans cette arnaque incontournable du business amoureux, de ne pas être obligés de s'offrir des flacons de parfums ou de s'inviter dans des restaurants aux tarifs gonflés par l'événement, de se bourrer d'aphrodisiaques ou de crèmes amincissantes avant l'heure fatidique, mais il n'empêche qu'ils auront beau sourire jaune et rire bêtement aux blagues lourdingues de leurs collègues responsables de famille, ils auront beau se la jouer "c'est mon choix, c'est mieux comme ça", la vérité sera qu'ils auront le cœur en berne et que personne ni rien n'y pourra changer quoi que ce soit.

L'amour, c'est mieux à deux.

La loose amoureuse est un fardeau que tu traînes derrière toi comme une vieille casserole, et tu as beau essayer de rester le plus discret possible, c'est encore à la Saint Valentin que ça s'entend le plus !

 

celibataire-honteux.jpg

 

Heureusement, pourtant, malgré tout, au-delà des préjugés et des miséricordes, certains, plus chanceux que d'autres, célibataires quand même mais heureux par dessus tout, se féliciteront d'avoir su retrouver - in extremis - leur premier amour !

 

Comment ?

 

Il faut croire que certains clics ont le pouvoir de changer le cours des choses…

----->  Ici, par exemple…

Repost 0
Published by Charlie BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 00:09

L'administration d'overblog prend désormais la liberté de pouvoir intervenir sur tous les blogs restés sans utilisation pendant trois mois.

Face à un nombre d'utilisateurs en croissance exponentielle, Overblog se voit contraint de limiter l'accès aux utilisateurs aux blogs ne faisant pas preuve d'un minimum d'activité.

Par conséquent, et en vertu de l'article L112-1 du Code de la propriété intellectuelle, le blog des impatiences amoureuses ci-présent, ainsi que toutes les données qui y sont associées, tomberont sous la propriété de l'hébergeur Overblog, qui décide alors de publier le roman, à ses frais, pour le printemps 2011.

L'auteur du texte, Charlie Bregman, s'il se manifeste, pourra cependant contribuer à la concrétisation de ce projet qui lui incombait jusqu'alors, et qu'il n'a pas su mener à terme malgré le délai qui lui était imparti.

Les lecteurs qui se sentiraient d'apporter leur soutien, leur talent et leur savoir-faire particuliers auront la bonté de se manifester auprès du nouvel administrateur de ce site, par le biais du contact habituel : impatiencesamoureuses@yahoo.fr


Pour un Overblog moins overbooké,


Remi Le Ganharc

 

Image-1.png

Repost 0
Published by Remi Le Ganharc - dans Cour de Récré
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 00:01
voeux bregman 2010
Repost 0
Published by Charlie BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 06:30


Je publie sur coZop

Au hasard des recherches effectuées sur un moteur G que je ne citerai pas, il m'arrive parfois de tomber sur des articles de mes propres blogs. Dommage pour cet usurpateur ou usurpatrice qui se serait accaparé(e) la propriété de mes deux blogs Motus Demo et les Impatiences amoureuses !

Cela fait toujours plaisir de voir qu'il y en a qui croient plus en moi que... moi-même !



coZop est une plateforme de republication de contenus qui fédère les auteurs du web, les met en avant, leur apporte des ressources pour qu’ils puissent poursuivre leur travail et en accroître toujours plus la qualité.

50% des revenus générés par les contenus des auteurs leur sont reversés. Chaque auteur dispose d’un suivi précis de ses statistiques. Il peut choisir de reverser partie ou totalité de ses revenus à des associations, organisations humanitaires ou projets inscrits sur coZop.

Les auteurs gardent la main sur leurs contenus et leurs revenus. Cumulés sur certaines causes, ces revenus permettront de mener des projets concrets, projets pourquoi pas soutenus par les auteurs eux-mêmes : acheter un morceau de la forêt amazonienne, financer une étude sur le changement climatique, reloger des sans abri…


Côté bénéfices personnels, coZop enrichit vos articles de liens vers des articles complémentaires, il liste les auteurs qui parlent de vous, il vous présente vos lecteurs, indique les articles qu’ils viennent de lire… En parallèle de ce travail sur le contenu, coZop optimise le référencement de vos articles sur les moteurs de recherche et tente d’accroître votre lectorat.



Ce que l'on peut reprocher à CoZop, c'est de fermer un peu les yeux sur l'identification des propriétaires des sites enregistrés. En effet, un code est exigé à l'affichage d'un site UNIQUEMENT lorsque vous désirez le récupérer...
Une démarche un peu plus rigoureuse serait donc souhaitable... afin de rendre à Pierre ce qui est à Pierre, à Paul ce qui est à Paul, et à Jacques ce qui est à Jacques !

En l'occurence, rendons à Confiture et Bibi :
CONFITURE MAGAZINE
A Jepeh et Bibi ce qui leur appartient :
LES IMPATIENCES AMOUREUSES
A Bibi ce qui m'appartient (il paraît qu'on est tout juste propriétaire de son âme) :
MOTUS DEMO.

Et pour ceux qui désireraient avoir des conseils au sujet du vol de contenu, je vous invite à lire une page de chergaoui.com : 10 façons pour lutter contre le vol de contenu.


Pour rappel, les Impatiences amoureuses fait l'objet d'un copyright sous le numéro 2GEG17B de Copyright France.
Pour les autres textes divers de mon autre blog Motus Demo, un simple Copyleft a été décrété : vous pouvez citer et recopier des textes dès le moment où vous indiquez que j'en suis l'auteur, que vous ajoutez un lien pointant vers mon blog si vous diffusez sur votre site (avec accord préalable) et que vous ne faites pas de commerce avec (voilà toute la nuance entre la citation et le vol).




Repost 0
Published by BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 18:27
L'heure des tracts publicitaires a sonné !

Charlie Bregman vous souhaite une heureuse année 2009 !

Bonne et heureuse année 2009 et merci de vous connecter de temps en temps en attendant mon grand retour car le graphique du nombre de visiteurs du blog ressemble à peu près aux courbes économiques du moment !




Repost 0
Published by BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 00:09
Rendez-vous au fond du couloir à droite !

Bien sûr, je pourrais vous annoncer que je m'en vais faire une pause loin du web mais vous n'y verriez là qu'une formule désuète et incongrue, car il faut avouer que ma fréquentation se fait de plus en plus rare, depuis un certain temps...
J'en suis profondément désolé, et ce, d'autant plus que tout le travail que j'effectue en ce moment est un travail qui ne se voit pas. Il faut croire qu'il me faut entrer dans une phase d'introversion qui me fera découvrir tous les moindres recoins de la tour d'ivoire dans laquelle il va me falloir évoluer le reste des prochains mois.

Parfois, je doute assez terriblement de comment un petit Charlie Bregman comme moi pourrait espérer se frayer un passage parmi les gondoles littéraires, et je me demande si toutes ces heures passées, à peaufiner ce premier roman de personnage candide et immature, ne sont pas que simples déroutes, destinées à m'éloigner du bon chemin qui est le mien. En effet, n'ai-je pas beaucoup d'autres choses à dire ? Beaucoup d'autres sujets à aborder ? Beaucoup de personnages à dépeindre ?

Les Impatiences amoureuses dépeignent un Charlie adolescent situé au tout début de sa grande quête d'identité, mais il me tarde de vous parler du Charlie lancé en plein acétisme universitaire, du Charlie militaire, ou encore du Charlie immergé dans l'impitoyabilité du monde du travail !
Il me tarde de vous faire découvrir son évolution, à ce personnage, et de l'éloigner de plus en plus de la véritable vie que j'ai réellement vécue !

La part d'autobiographie de ce premier volet était tout d'abord assez grande. Elle est passée à 50-50 au fur et à mesure des ré-écritures, pour finalement n'apparaître qu'en filigrane dans la version définitive (assez proche de celle de ce blog du point de vue du déroulement narratif).
Mais demain, mes écrits se voudront encore plus distants... comme si au cours de mon apprentissage, je me dirigeais enfin vers un travail de vrai romancier.

Cependant, le boulet du "je" me colle aux baskets, et je me demande par quel artifice je vais bien pouvoir passer du "je" au "il"...
J'ai d'ailleurs une petite idée qui me titille derrière la tête...

Mais chut ! Ce sera pour... bien plus tard, car il paraît que...
"CHAQUE CHOSE EN SON TEMPS !"


Donc, je vous dis bonnes vacances et rendez-vous à :
- Disneyland Paris (vous m'y verrez certainement dans les bras de Cruella !)
- Tour Eiffel (s'il y en a un qui déroule une banderole géante LISEZ LES IMPATIENCES AMOUREUSES depuis le haut, c'est moi !)
- Deauville (j'y vais avec ma chaise Charlie Bregman !)


Pour ceux qui préfèrent les rendez-vous virtuels du wouaib, rendez-vous fin août !
Gros bisous à tous, bande de moules* !

Cruella est vraiment d'enfer !


* Lisez le petit Spirou
!




Repost 0
Published by BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 23:18

 

Largué en pleines corrections de ce premier roman, j'en oublierais presque l'existence de ce blog !
J'aurais pourtant beaucoup à dire sur la suite des aventures de Charlie, mais pour le moment, cela m'est tout bonnement impossible.

Imaginez-vous plongé dans un manuscrit deux fois trop épais pour être publié !
Bien sûr, ce n'est pas l'épaisseur d'un ouvrage qui pèsera dans le jugement dernier d'un éditeur, mais étant donné que mes chances de trouver un éditeur sont déjà minimes, il est préférable que le roman ne vise pas des records de coût de fabrication.

Certains se sont demandés, se demandent, ou m'ont clairement demandé ce qu'il peut bien y avoir de si fastidieux à corriger dans un roman aussi plaisant que les Impatiences amoureuses...
(suspens !)





Eh bien, voyez-vous, il y a plusieurs choses : Delphine a effectué une correction très professionnelle du texte, me surlignant les "lamentables" fautes passées entre les gouttes de mes vigilances. Ces fautes, lorsqu'elles concernent l'orthographe à proprement parler, ne sont pas si nombreuses que ce à quoi je m'attendais. Cependant, il y en a, et il me faut prendre la peine de toutes les contrôler, afin de les valider. Par ci par là, cela concernera des virgules manquantes, ou bien en trop, ou alors des espaces à supprimer, qui n'ont pas lieu d'être...
Par exemple, ces corrections m'auront appris qu'il n'y a pas d'espace entre un mot et les trois petits points qui suivent... Or, le texte initial est truffé de "trois petits points" donc... No comment !

Ensuite, Dephine me fait remarquer que j'utilise beaucoup trop le point d'exclamation.
Il est vrai qu'il s'agit d'un tic d'écriture. Le point d'exclamation, pour moi, en dehors de ses utilisations classiques (impératif, interjections, etc.) égale "sourire", ou "clin d'oeil", si vous préférez... Une espèce de bémol au style. Une espèce d'atténuation à des phrases trop "sérieuses" à mon goût.
Mais Delphine a raison. Laissons leur poids aux vrais mots.

Il y a encore le problème des sauts de ligne, qui paraissent un peu aléatoires.
Il est vrai que pour publier sur le net, j'ai dû aérer mon texte, faire des efforts de présentation pour que le visiteur lambda arrivant sur ces pages ne se heurte pas à un bloc de marbre aussi froid que celui des tombes les plus austères.
En version papier, il faut chercher à resserrer. Un saut de ligne correspond avant tout à un changement de paragraphe, et les paragraphes obéissent à un découpage très méticuleux du texte.
Entre nous soit dit : cette phase de correction ne me procure absolument pas le moindre plaisir ! Jamais je n'aurais pensé qu'une mise en forme du texte pouvait être aussi... ch... euh... pénible !

Au niveau de l'histoire proprement dite, il m'a fallu prendre du recul afin de pouvoir revenir muni de ma plus grosse hâche, afin de tailler dans le texte sans scrupule. Si les digressions font partie intégrantes de la narration (Charlie est un personnage ruminant, qui ne se développe son identité propre qu'au travers de longues réflexions personnelles), certaines demeurent inutiles.
Encore faut-il les dénicher, et les reconnaître comme telles !

A un moment donné de ce recul nécessaire, je me demandais si je ne devais pas donner plus de corps aux personnages secondaires. J'ai presque failli me lancer dans cette voie, et puis je me suis dit que les Impatiences amoureuses constituaient un roman sur une personnalité en cours d'élaboration, en cours de devenir, se confrontant d'abord à une rencontre avec soi-même, et ensuite en se dirigeant dans une relation amoureuse en entonnoir.
Marina, son objectif premier, devient une obsession. Il ne voit plus qu'elle, et il est donc normal que les autres personnages ne soient pas plus renseignés.

C'est avec ces remarques que je progresse, lentement, dans la correction du texte, et bientôt, une version définitive sera prête, que je soumettrai à quelques éditeurs de mon choix.

En attendant, je vous offre une cassette audio regroupant quelques tubes mémorables des années '80.

Nota pour les plus jeunes : oui, je sais, c'est ringard ! Mais il n'empêche que je vous ai épargné les plus risibles, et que beaucoup de trentenaires comme moi y trouveront matière à se remémorrer quelques-uns de leurs meilleurs moments d'adolescence...

Allez ! zou ! C'est parti !
Retour au "top 50" !



Repost 0
Published by BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 23:57

La LAMBADA a été LE phénomène musical mondial du début des années 90 !


1989, c'est aussi l'année de la LAMBADA !
Qui, d'entre vous, n'a pas au moins tenté (comme moi) cette danse ultra sensuelle ultra collés à l'autre ?!

La musique n'est-elle pas le meilleur fixateur à souvenirs ?






Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 23:03



Les Impatiences amoureuses, pour ceux et celles qui ne se souviennent pas, ça commençait comme ça :
"J'ai 15 ans. Nous sommes en 1989..."

Alors, en attendant le retour de Bregman (mais si, il ne faut pas désespérer, il y a TOUJOURS un retour !), voici un petit clin d'oeil musical.

LOCo-MOTION de Kylie Minogue.


Charlie, il a la petite larme, parce qu'il avait acheté la cassette (faut-il rappeler que les cd, c'était pas encore super entré dans les moeurs ?!)

Et vous ? 1989, ça vous rappelle quoi ?!

 

Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 18:55


To view this content in Flash, you must have version 8 or greater and Javascript must be enabled.

To download the last Flash player click here

// Adoptez cette vidéo




Si la vidéo ne marche pas, rendez-vous sur cette page exceptionnelle : Charlie Bregman, la nouvelle voix du peuple genevois !



Rendez-vous en Suisse ?!



Repost 0
Published by JEPEH & BREGMAN - dans Cour de Récré
commenter cet article